A La Seyne, surement plus qu’ailleurs, les citoyens sont les acteurs de leur quotidien, et les aiguilleurs de leur futur

 

La démocratie locale est un moteur.

 

La Gauche Républicaine et Socialiste porte un regard bienveillant et approbateur sur les actions menées par la municipalité depuis 2008.

 

Porteurs et défenseurs de valeurs démocratiques, nous nous reconnaissons dans l’action menée en la matière à la Seyne-sur-Mer.

 

En effet, la démocratie locale et participative s’est construite et développée sous l’impulsion et la volonté politique de Marc Vuillemot et ses colistiers. 

L’essor des conseils de quartiers, des services à la disposition du public, ou encore des comités d’usagers du service public en sont de brillants exemples.

 

C’est le cas notamment du service « Allô la Seyne » qui met à disposition des habitants un numéro unique afin de transmettre des doléances. 

 

Ces dernières peuvent ainsi être traitées rapidement et sont alors redirigées vers les services compétents. 

 

Outre les dispositifs existants, la mairie a organisé, quand le besoin s’en faisait sentir, des réunions publiques afin d’informer les citoyens, ce fut le cas par exemple au sujet de la contribution de la ville au SDIS.

 

Les Seynois ont su se saisir de ces outils si bien que la salle du conseil municipale peinent parfois à contenir l’ensemble des citoyens qui souhaitent prendre part à la vie de la cité.

 

Enfin, il apparaît clair que la démocratie participative est intrinsèquement liée à la communication, car des citoyens informés seront plus prompt à s’intéresser aux affaires municipales, c’est ainsi que la ville a su mettre en œuvre une communication protéiforme, via le magazine Le Seynois ou encore via les médias numériques et ce, en dépit des baisses drastiques des dotations de l’Etat.

 

A La Seyne, surement plus qu’ailleurs, les citoyens sont les acteurs de leur quotidien, et les aiguilleurs de leur futur.

 

Fort de ce bilan positif, la Gauche Républicaine et Socialiste souhaite porter à nouveau aux côtés de Marc Vuillemot et de Cécile Jourda un projet ambitieux pour les Seynoises et les seynois. Un des leviers qu’il nous faudra actionner vise à faire de la Seyne une ville ancrée dans le XXIème siècle.

 

Nous sommes aujourd’hui entrés de plein pied dans l’ère du numérique. Nous sommes à l’aube d’une décennie qui portera en son sein des changements majeurs dans nos façons de concevoir notre quotidien.

 

Dès à présent il nous faut penser les outils  de demain.

 

Ce premier pas, Marc Vuillemot et son équipe l’ont déjà fait avec la mise en place d’une plateforme dématérialisée pour les principales démarches administratives.

 

De surcroît la ville a fait de la lutte contre l’illectronisme une priorité afin d’accompagner les personnes qui sont confrontés à ces difficultés et de lutter contre l’exclusion.

 

Bien que nous défendons le développement des services et outils offerts par le numérique nous rappelons également notre attachement à l’humain et à la proximité.

 

A la GRS nous ne partageons par les schémas de vils industriels, et de sinistres technocrates aveuglés par des logiques mercantiles, qui voient dans l’essor numérique l’occasion de diminuer la masse salariale.

 

Au contraire nous pensons que le numérique peut promouvoir une harmonieuse relation entre l’humain et le logiciel afin de créer des interactions vertueuses.

 

Dans le cadre de l’essor de la démocratie locale, nous pourrions concevoir une plateforme numérique permettant à chacun de donner son avis sur des sondages, ou bien de contribuer à un budget participatif depuis chez soi.

 

Ainsi même nos concitoyens qui ne peuvent pas se rendre en présentiel aux réunions idoines ne seraient pas mis à l’écart de la participation à la vie locale.