Présentation de la liste « La Seyne 2020, l'énergie positive »

Intervention de Marc Vuillemot 3 février 2020 - Bourse du travail - La Seyne

 

Mesdames, messieurs, Chers camarades, Chers amis,

 

Nous voici donc en ordre de bataille.

 

Présenter les candidats à une élection municipale, c'est chaque fois un moment heureux, car on donne à découvrir ceux qui vont animer en première ligne cette campagne et, nous l'espérons, avoir à s'investir pendant 6 ans, pour la population, dans son ensemble, pour La Seyne.

 

Ce soir, nous vous présentons une équipe, pour la Ville, mais aussi pour la Métropole. Présenter cette liste de candidats c'est aussi, puisqu'il y a choix, insister, parce que c'est la stricte vérité, sur le fait que ceux, anciens élus ou nouveaux volontaires pour y figurer, qui n'y figurent pas, auraient pu être de l'aventure.

Ils sont l'un des rouages essentiels de la campagne.

 

Sans les militants, les sympathisants, les citoyens, sans les partis qui nous accompagnent, la liste que nous présentons ce soir aurait tout simplement... beaucoup moins de chance d'être utile demain.

 

Les élus ayant déjà donné de leur énergie, depuis 2008, le savent bien : ils ont surtout des devoirs. Ils sont confrontés à la gestion, au quotidien, pas toujours facile. Ils ont donc un besoin impérieux, vital, des citoyens, des militants...

 

Cette soirée est une étape de notre rassemblement pour gagner. Quelques mots sur ce qui a guidé dans leurs choix ceux qui se sont attelés à la constitution de cette équipe.

 

Dans un message que nous avons adressé, avec Cécile Jourda, aux personnes qui ont été désignées par des partis et à celles ayant proposé leurs services ou ayant suggéré des noms d’autres personnes, nous avons insisté sur le fait que l'élaboration d'une équipe municipale est une délicate alchimie.

 

Il faut respecter à tous les niveaux de la liste les équilibres entre représentants des mouvements qui soutiennent le projet, assurer la parité hommes-femmes, la présence de jeunes et de plus anciens, la représentation des divers quartiers et des diverses activités professionnelles, donner une image qui colle à la réalité républicaine de la commune, montrer une volonté de continuité et de renouvellement par rapport à l’équipe qui achève son mandat en assurant la présence de sortants et d’entrants, doser habilement les « encartés politiques » et les citoyens impliqués mais non militants d’une organisation partisane.

 

Pour nous, la liste « La Seyne 2020, l'énergie positive », ça a été sûrement plus difficile que pour d'autres, car les enjeux pour La Seyne, mais aussi le bilan des équipes précédentes, et les défis qui nous attendent, tout cela a donné à beaucoup l'envie de participer.

 

Notre famille politique et citoyenne est vaste, elle est large. Il est donc extrêmement délicat de puiser 49 noms parmi des centaines !

 

D'autres listes, elles, n'ont peut-être pas autant d'embarras du choix.

 

C'est d'ailleurs, sans forfanterie, un signe du mouvement de fond que, fût-ce sans prétention, nous incarnons. Alors, « techniquement », il a fallu faire des choix pour les premiers qui siégeraient au conseil municipal en cas d’échec, les 19 qui seraient maire et adjoints (pas forcément les 19 premiers de la liste, vu les contraintes de la double élection mairie et métropole), la grosse trentaine de premiers qui seraient certains d'être élus en cas de succès, ni même dans les 49 de la liste.

 

Tout ça est affectivement difficile, pour chacun, comme pour nous-mêmes, Cécile et moi, qui avons eu la responsabilité de la validation finale de la liste que les uns et les autres ont élaborée.

 

Il a donc été établi des critères, un « état d'esprit », qui a guidé les discussions puis notre choix définitif.

 

Parmi ces critères, il y avait la diversité des représentations des partis, mais aussi la richesse que peuvent apporter des gens qui sont des républicains, mais pas de la plupart de nos sensibilités politiques écologistes et de gauche, à l'image de ce qu'ont fait nos "grands anciens seynois" en 1945, 1947, 1950, 1971, et à d'autres échéances municipales plus récentes, dans l'esprit d'unité qui a présidé aux choix des acteurs du Conseil national de la résistance, cette nécessaire ouverture de notre liste n'admettant pas pour autant des personnes aux valeurs très éloignées de celles de la République, nous l'avons précisé bien sûr.

 

Nous nous sommes préoccupés de la disponibilité réelle que les volontaires doivent avoir pour accomplir leur mandat. Nous sommes fiers de n'avoir pas eu à faire respecter un critère pourtant très important, celui consistant à refuser dans notre équipe des personnes qui voudraient « se vendre » parce qu’elles prétendraient apporter tant de voix, ou représenter tel groupe social, ou indiqueraient ou donneraient le sentiment qu’elles pourraient aller « se monnayer » auprès d’autres listes...

 

Nous avons dit, également, avec une grande clarté, que l’engagement d'élu local, même s’il est indemnisé, est un engagement quasiment bénévole [et même plus, car il faudra que chaque candidat, sauf ceux en fin de liste, participe, selon la perspective de responsabilité qui est prévue pour lui (maire, adjoint, conseiller métropolitain, conseiller délégué, conseiller sans délégation), au financement de la part des frais de campagne non remboursables par l’État.

 

Oui, l’expérience a montré qu’on a, du point de vue pécuniaire, plus à y perdre qu’à y gagner, même avec une indemnité significative comme celle de maire (actuellement, c'est 2400 euros net mensuels).

 

Les citoyens ont raison d'être très attentifs à cela ; l’implication sur la liste ne peut se faire en contrepartie d’une promesse (emploi, logement, service...) pour soi-même ou pour ses proches (mais on est bien d’accord que, hormis pour la famille de Cécile et la mienne, pour lesquelles nous nous sommes fixé une règle absolue, les enfants et proches des élus ne doivent tout de même pas être « punis » du fait de leur parentèle, par exemple si un poste est à pourvoir, s’ils ont les diplômes et les compétences, et si un jury indépendant les a choisis sur des dossiers anonymes !)...

 

Je veux dire un mot sur les anciens élus, pour ceux qui ont bien voulu, pour céder la place au renouveau ou pour faciliter la représentativité, passer d'adjoints à conseillers municipaux, et bien sûr à ceux qui, finalement, ne sont plus du tout dans l'équipe...

 

Je tiens à les saluer, à les remercier pour le travail accompli.

 

C'est l’évidence, car aucun n'a démérité, bien au contraire, de leur dire merci pour leur dignité et pour leur solidarité.

 

Vous savez, la cohésion dont les équipes des deux mandats précédents ont fait preuve, cette solidité, quand tant d'autres dans le temps, ou sur d'autres listes, ont explosé, ont même disparu entièrement...cette cohésion de nos majorités, et dont cette liste sera également porteuse, est un signe fort envoyé à nos concitoyens. Qui dit cohésion dit que l'on ne se présente pas pour soi-même, par intérêt ou volonté de pouvoir.

 

Qui dit cohésion dit esprit de responsabilité.

 

Qui dit cohésion dit honnêteté et loyauté.

 

Alors, merci.

 

Merci à vous tous d'être des porteurs de ces valeurs humaines.

 

Des valeurs d'une vision républicaine, humaniste, solidaire, égalitaire, respectueuse de la planète, qui s'ouvre à La Seyne d'aujourd'hui.

 

À La Seyne du XXIe siècle, dont sommes déjà rendus au un cinquième.

 

J'ai accepté d'être, un nouvelle fois, le fédérateur de cette Seyne diverse.

 

Cette Seyne au passé douloureux et qui, justement, puise dans son énergie positive pour aller de l'avant.

 

Cette Seyne qui reste économiquement diversifiée, alliant services, tourisme et industrie, et cette Seyne qui n'a aucune honte à défendre les salariés en lutte, ici et ailleurs, pour leurs droits et contre toutes les technocraties et le pouvoir sans partage de la grande finance.

 

Oui, ces questions traversent le débat politique local, ne serait-ce que par les difficultés auxquelles les communes sont confrontées.

 

Oui, nous avons des différences ici même entre nous, mais nous savons la richesse de notre engagement commun pour notre ville.

 

Cette Seyne qui s'unit, ce soir plus que jamais, cette Seyne profondément fière de sa diversité sociale, fière de « ses cultures », fière de ses quartiers populaires et de sa mémoire ouvrière, comme de ses beaux sites naturels et résidentiels et son prestigieux patrimoine...

 

Et, oui, pour en revenir à notre équipe, ce soir, composer une telle liste est toujours difficile.

 

Se mêlent des considérations politiques mais aussi humaines... et c'est tellement normal.

 

On se « frite », on discute le bout de gras.

 

Mais attention, personne n'oublie jamais que l'on n'a qu'un seul but : servir.

 

Servir, je l'ai dit, la population et la ville.

 

Les partis font valoir l'influence qu'ils ont et qu'ils veulent faire respecter.

 

C'est une bonne chose, saine, en démocratie.

 

Et je veux d'ailleurs les remercier.

 

Je veux remercier aussi Cécile Jourda et ceux, autour d'elle, de toutes sensibilités, qui ont beaucoup écouté, discuté, argumenté, puis m'ont tellement mâché le travail que je n'ai rien eu à trancher...

 

Cette tâche ardue, ingrate parfois, essentielle pour que nous partions au combat, ils l'ont accomplie avec succès. C'est une belle liste que nous vous présentons ce soir !

 

Nous en sommes fiers.

 

Vous en serez fiers !

 

Ai-je été exempt de défaut ou sans faiblesses ?

 

Certainement pas, mais l'équipe de 2008 à 2014, celle de 2014 à 2020, et cette équipe, qui n'est pas une liste mais un groupe humain intimement lié à la population et à la ville, toutes ces équipes peuvent être fières du travail immense, oui, immense, qu'elles ont déjà accompli.

 

Vous êtes tous les co-auteurs de ces 240 pages que j'ai écrites, et qui ne sont pas seulement un bilan, mais une source d'inspiration et d'énergie pour l'avenir.

 

Les 24 Seynoises et les 25 Seynois qui présenteront leur projet aux suffrages de leurs concitoyens, les 15 et 22 mars prochain, sont à l'image de La Seyne.

 

Si nous voulions montrer notre fierté du bilan, mais aussi, dans le même temps, renouveler notre équipe, il fallait renouveler notre équipe : je vous l'annonce, sur 49 candidats, nous comptons 26 nouveaux, plus de la moitié !

 

Sur 49, ils sont 17 de moins de 45 ans, 11 de 45 à 59 ans, et 21 plus âgés.

 

À quelques centièmes de pour cent près, c'est à l'image de la démographie de La Seyne.

 

Ils ont de 25 à 82 ans. Leur moyenne d'âge est de 53 ans, et celle de ceux qui seront appelés à constituer l'exécutif, le maire et les adjoints, dont les âges vont de 30 à 70 ans, est de 49 ans. C'est une équipe équilibrée professionnellement puisque 24 candidats travaillent ou ont travaillé dans le secteur public ou semi-public, et 26 dans le « privé », que ce soit le monde de la petite, moyenne et grande entreprise, de l'artisanat, du commerce, ou celui des associations.

 

Sur 49 : 29 sont en activité, 20 sont retraités.

 

C'est vraiment à l'image de La Seyne représentée dans ses forces vives, salariés, retraités engagés, actifs, sans emploi également, mais aussi représentative de la diversité de ses quartiers : 8 vivent au nord de la commune, 18 demeurent au centre et à l'est de la ville, 12 résident au sud et 11 à l'ouest.

 

Et, au-delà de leurs vies professionnelles, tout ce que compte La Seyne d'investissement volontaire, bénévole et associatif, est là représenté : nos colistiers viennent du monde... de l'humanitaire comme du droit à la santé et au logement, du sport comme de la culture et la création artistique, de la défense et la valorisation du patrimoine et de celle du développement durable, de l'activité citoyenne de défense des intérêts de chaque quartier comme du rayonnement du territoire, des échanges internationaux comme de la solidarité locale avec les plus exclus, de l'action pour les enfants et les jeunes comme pour celle de la place des handicapés, celle des seniors, et celle de l'égalité de genres.

 

À l'aube de cette campagne, nous allons faire le point.

 

Quoi de plus naturel avant une nouvelle étape ?

 

Mesurer ce qui a été réalisé, pointer les besoins non satisfaits et penser l’innovation... Faire le point, c’est se mettre en capacité de projeter un programme d’avenir. Nous tous, osons le dire sans forfanterie ni fausse modestie, nous avons déjà grandement engagé la rénovation et la redynamisation de la « maisonSeyne ». Avons-nous achevé cette tâche ?

 

Non, bien sûr, la gestion d'une commune demande beaucoup de persévérance, d'abnégation, de courage, de patience.

 

Nous n'avons pas travaillé seuls.

 

Jamais.

 

Les citoyens seynois, les associations, les entreprises, les partenaires publics ou consulaires, sont les principaux acteurs de ces mandatures.

 

L’engagement, modeste et réaliste, de 2008, prolongé en 2014, était de fédérer les énergies pour gérer positivement et avec intelligence une ville encore confrontée à mille difficultés.

 

Nous l'avons fait - les finances sont désormais saines -, sans que, durant ces 12 années, la Ville n’augmente les taux d’imposition.

 

Oui, toutes les forces vives de La Seyne, avec toute leur énergie positive, peuvent apposer leurs signatures au bas de notre bilan !

 

Je le répète, je suis fier des deux équipes que j'ai eu l'honneur d'animer depuis 2008.

 

Nous pouvons solidairement être fiers de celle qui s'est constituée pour nous conduire de 2020 à 2026.

 

Elle incarne, à sa façon, nouvelle et originale, tout en étant fondée sur l'expérience et les acquis des mandats passés, la poursuite du renouveau ambitieux, réaliste et soutenable d'une Seyne et d'une métropole de qualité de vie urbaine, de nature en ville, d'harmonie, de solidarité.

 

Bref, d'énergie positive.

 

Elle gagnera et, surtout, elle fera gagner La Seyne !