Municipales : les républicains seynois n'ont pas d'autre choix qu'accorder leur confiance à notre projet

Cet article est le dernier à être mis en ligne sur mon blog jusqu'à dimanche soir. Ce vendredi à minuit sera close la campagne pour le second tour de l'élection municipale. Une campagne inhabituelle du fait des nécessités de se prémunir contre le coronavirus, sans réunion publique, sans porte-à-porte, très peu de distributions de tracts (ça c'est plutôt pas mal pour l'écologie), mais, en revanche, beaucoup plus d'informations apportées via Internet, les blogs, les réseaux sociaux, avec des textes et des vidéos.

Ce qui suit risque de paraître un peu long, mais, s'il vous plait, essayez d'aller au bout de  la lecture. C'est mon dernier retour sur ces difficiles semaines, nos derniers conseils et nos ultimes efforts de conviction...

 

MERCI À CEUX DES ACTEURS DE LA CAMPAGNE QUI ONT ÉTÉ CORRECTS 

Si j'ai regretté d'avoir dû, à de nombreuses reprises, corriger, éléments tangibles à l'appui, les contrevérités qu'une candidate a diffusées, faussant les conditions de choix de nos concitoyens, si j'ai dû tempérer les ardeurs de certains acteurs de la campagne et déplorer que des tensions soient montées, si j'ai été – et suis encore victime – d'un piratage manifeste de mon blog, je dois néanmoins féliciter la grande majorité des divers colistiers et soutiens qui se sont dépensés sans compter, certains ayant posé des congés pour être totalement disponibles, pour avoir fait tout leur possible pour promouvoir « à la loyale » les projets des uns et des autres.

 

MERCI AUX EMPLOYÉS DE MAIRIE QUI ONT PRÉPARÉ LES CONDITIONS SANITAIRES DU VOTE

Je remercie aussi les fonctionnaires communaux qui, malgré la surcharge et les difficultés de travail de gestion de la crise épidémique, ont tout fait pour que le scrutin soit préparé, notamment en ayant imaginé des solutions pour garantir la parfaite sécurité sanitaire des bureaux de vote qui, ce dimanche, seront ouverts de 8 heures à 18 heures.

Je dois ma gratitude aux élus qui, dans ce contexte particulier, ont accepté de remplir leurs fonctions de présidents de bureaux de vote, et aux citoyens volontaires qui se sont proposés pour remplacer les défaillants ou pour être assesseurs. Espérons que les Seynois seront rassurés et feront plus et mieux preuve de leur attachement à la vie démocratique qu'à l'occasion du premier tour où ils n'ont été qu'un tiers à venir voter.

 

MERCI À CEUX QUI ONT PERMIS L'UNITÉ AUTOUR D'UN PACTE ÉCOLOGIQUE ET SOCIAL

J'ai également une pensée fraternelle et sincère pour ceux, de l'équipe de Luc Patentreger et de celle que nous conduisions avec Cécile Jourda, qui, candidats au premier tour, ont cédé non sans tristesse leur place pour permettre la constitution d'une liste unie autour d'un projet partagé, formalisé par un pacte écologique, social et citoyen, ambitieux mais réaliste, novateur mais ne risquant pas de freiner les investissements entamés ou prêts à démarrer grâce aux financements enfin acquis, comme la rénovation du cœur de ville historique, la route de la Corniche de Tamaris, la « sanctuarisation » du domaine forestier littoral du Fort Saint-Elme, la transformation du port de Saint-Elme, et, bien sûr, le programme tant attendu de rénovation de l'Atelier mécanique des anciens chantiers navals, où doivent trouver place des cinémas, des hôtels, et des commerces de bouche et de services.

 

GARANTISSONS LA CONTINUITÉ RÉPUBLICAINE DES PROJETS STRUCTURANTS

Ce sont autant de dossiers dont le montage et la promotion ont pris des années, aujourd'hui en train de démarrer, et qu'il serait inconséquent de reléguer aux oubliettes pour des raisons politiciennes. Que n'aurait-on dit si, après mon élection en 2008, j'avais mis à la corbeille le programme de rénovation urbaine de Berthe que mon prédécesseur Arthur Paecht avait mis des années à faire financer ?...

C'est pourtant ce qui est annoncé par Madame Bicais, qui vient de recevoir le soutien très officiel de la Confédération Environnement Méditerranée, cette association dont les Seynois savent qu'elle s'acharne à faire échouer le projet de l'Atelier mécanique, qui a affirmé à France 3 ce jeudi ne pas être d'accord avec celui de la rénovation du centre ancien (alors que le Département où elle siège l'a validé et s'est engagé à son financement, allez comprendre...), et dont les coéquipiers n'ont eu de cesse de vilipender à la limite de la grossièreté le président de la Métropole (pourtant de même sensibilité politique qu'eux, allez aussi comprendre...) qui s'est engagé, grâce à nos relations réciproques de confiance, au-delà des idées politiques mais dans l'intérêt partagé de La Seyne et des communes de la Métropole, à la réalisation de la voie de la Corniche de Tamaris, à la transformation du port de Saint-Elme, et à la requalification de notre vieux centre-ville.

 

UNE COOPÉRATION VERTUEUSE ENTRE VILLE ET MÉTROPOLE

Je voudrais d'ailleurs attirer l'attention des Seynois de toutes sensibilités qui considèrent que, malgré des divergences politiques, c'est l'intérêt du territoire qui prévaut dans la relation sincère que j'ai nouée avec le président Hubert Falco et mes dix autres collègues maires. Nous ne sommes pas d'accord sur tout, mais nous nous le disons de façon respectueuse, et il y a au moins une chose qui rassemble les républicains de droite et de gauche que nous sommes : notre volonté de coopération vertueuse et notre refus du moindre compromis avec cette extrême-droite qui abhorre les valeurs de la République et ne vise qu'à la division des citoyens, la ségrégation et l'exclusion.

 

« L'ÉNERGIE POSITIVE », SEULE ÉQUIPE GARANTIE 100% SANS RÉSIDU DE FRONT NATIONAL

Il faut s'en souvenir. Une seule équipe candidate à La Seyne est... garantie 100% sans résidu de Front National. C'est la nôtre. Sans évoquer celle du Rassemblement National (RN), qui assume ses choix idéologiques, force est de reconnaître que celle de Sandra Torres comporte tout de même, en troisième position, une conseillère départementale qui fut élue en 2014 à la mairie et en 2015 au Département sous l'étiquette du Front National (FN).

Quant à celle de Madame Bicais, non seulement elle accueille en très bonne place un autre conseiller municipal et départemental également élu sous la bannière du Front National, mais, bien pire, elle est officiellement investie par le second parti d'extrême-droite ayant soutenu Madame Le Pen à la dernière élection présidentielle, Debout la France (DLF), investiture apportée en personne à La Seyne par son président Monsieur Dupont-Aignan, qualifié de « pétainiste » et de « Pierre Laval » par deux personnalités nationales de droite, et la sénatrice varoise Kauffmann, élue sous l'étiquette FN, et suspendue de celui-ci parce qu'ayant tenu... des propos jugés ultra-extrémistes par le Front National lui-même !

 

DES SOUTIENS ENCOURAGEANTS ET LUCIDES VENUS DE RÉPUBLICAINS DU CENTRE ET DE LA DROITE

Ce n'est sûrement pas pour rien que les responsables varois des partis de la droite républicaine se sont abstenus d'apporter quelque encouragement public que ce soit à l'une ou l'autre des équipes concurrentes de droite. Et ce n'est pas pour rien que des candidats éminents de la liste de Patrice Bessone nous ont manifesté leur soutien, que Philippe Le Sausse, autre candidat de droite, a fait de même, et que le parti centriste Mouvement Démocrate (MoDem) a pris position en faveur de notre équipe à laquelle participent d'ailleurs certains des membres de son pôle écologiste.

C'est pourquoi je m'adresse pour conclure à tous les Seynois animés d'une fibre républicaine et qui, quoique ne partageant pas toutes (ou pas du tout) les idées du centre humaniste, des gauches, de l'écologie, du régionalisme et de la citoyenneté, sont attachés à la simplicité de la relation humaine, à l'honnêteté intellectuelle, à la quête constante du compromis utile au territoire.

Comment leur idéal républicain et démocratique ne pourrait-il pas guider leur choix de dimanche prochain vers la seule liste et le seul projet qui sont parfaitement étanches aux idées des droites extrêmes qui font tant de mal aux habitants des nations qui en subissent la tutelle ?

 

DES DÉFIS À RELEVER AVEC LA CRISE SANITAIRE, ÉCONOMIQUE ET SOCIALE

La crise pandémique et économique, qui s'ouvre et va hélas durer, justifie, plus que jamais, que l'on prenne à bras le corps les enjeux écologiques et environnementaux, sanitaires et sociaux, solidaires et citoyens, portés par les services publics communaux et métropolitains, à la fois remparts contre les fractures résultant des inégalités qui s'accroissent, et accompagnateurs des initiatives économiques diversifiées, de l'industrie au tourisme, en passant par les économies vertes et des énergies propres du futur, et l'économie sociale, solidaire et coopérative.

Nous seuls, à La Seyne, rassemblés, républicains sans compromissions, portons cette ambition, avec humilité autant qu'enthousiasme, pour l'harmonie entre nos concitoyens, et parce que la puissance publique du territoire, plus que jamais, va avoir grand besoin de prendre soin de nos habitants.

Soyons, dimanche, au rendez-vous de notre histoire et de nos futurs, pour une ville de La Seyne, forte de son énergie positive, sociale, humaniste, harmonieuse, verte et ouverte !